X:Enius “Erreurs de diagnostic – Fautes médicales : comment les éviter ?”


X:enius – Erreurs de Diagnostic – Fautes… par GayoA29

X:Enius, le Magazine de la Connaissance, est une “vulgarisation scientifique entre road-movie et chasse au trésor”. Cet épisode aborde un sujet délicat : l’erreur est humaine, et personne n’est à l’abri d’une erreur de diagnostic médical.

Le début du documentaire est assez anxiogène (une femme montre ses cicatrices et paralysie dues à une intervention chirurgicale mal menée, et son combat pour obtenir réparation au tribunal), n’hésitez pas à passer directement à la minute 17:10 si cela vous stresse.

On assiste ensuite à un cours de préparation d’entretien médical destiné aux futurs médecins.

On y décèle un point crucial : le patient lui-même peut aider le docteur à ne pas se fourvoyer. Comment?

  1. En préparant avant le rendez-vous une liste des symptômes, afin de ne rien oublier le jour J. Vous pouvez par exemple écrire sur votre smartphone les différents symptômes ou ressentis inhabituels au fur et à mesure, entre deux RDV.
  2. En n’omettant ou ne cachant aucun symptôme. Vous n’avez pas à vous sentir gêné de parler de certains symptômes, dites-vous que le docteur a déjà vu bien pire… Si certains peuvent vous paraître anodins, ils ne le sont pas forcément pour le docteur (et vice-versa). 
  3. En lui indiquant si vous vous sentez dépressif.
  4. En lui posant des questions sur un diagnostic ou un traitement que vous ne comprenez pas (ou sur lequel vous êtes dubitatif).
  5. En lui apportant la liste complète des médicaments et compléments alimentaires que vous prenez (de même lorsque vous vous rendez chez votre généraliste).
  6. En lui indiquant avec sincérité si vous avez oublié de prendre votre traitement, ou que vous ne l’avez pas suivi à la lettre.

Le documentaire présente ensuite le cas d’un patient ayant cherché à s’auto-médicamenter sur Internet, à ses risques et périls. 

Soyez toujours prudent avec les compléments alimentaires. Avant d’entreprendre une cure, demandez systématiquement à votre oncologue ou à votre généraliste s’il n’y a pas de contre-indications avec le traitement en cours.