Category Archives: Relation patient-docteur

Lutte contre la fermeture du service d’Oncologie Pédiatrique individualisée de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches

Des affiches fleurissent dans Garches, et elles interpellent… Un enfant chauve, masqué, pistolet contre la tempe : “Non nous ne partirons pas.” “Nos enfants ne sont ni des cancers ni des cobayes.”

couv00002

L’APHP a décidé de fermer le service d’Oncologie Pédiatrique de l’hôpital Raymond Poincaré, suite au départ en retraite du docteur Nicole Delépine. La presse parle des “méthodes dérangeantes” de cette oncologue, qui afin d’éviter l’amputation et/ou d’envoyer les enfants en essai de phase I, privilégie dans son service un traitement prolongé et renforcé de Méthotrexate.

L’association Ametist, qui regroupe des parents d’enfants soignés à Garches, a porté plainte pour “délaissement”.

Rappelons que l’essai de Phase I est un essai thérapeutique que l’on propose lorsqu’il n’y a plus d’autre espoir pour le patient, puisque toutes les possibilités thérapeutiques existantes ont déjà été utilisées. Les médicaments n’ayant pas été testé sur l’homme auparavant, les risques sont importants. On peut aussi bien tomber sur la molécule miracle qui sera l’antidote au cancer de demain, que sur une molécule mal tolérée qui va entraîner des effets secondaires potentiellement graves (ex : niveau cardiaque).

Comme l’a souligné Le Point, dans son article du 10 mai dernier, “le problème est que Nicole Delépine, qui revendique un taux de guérison de plus de 80 %, ne peut se prévaloir de résultats récents, car les nouveaux standards méthodologiques exigent que toute étude soit basée sur ces fameux essais qu’elle refuse.”

L’association Ametist a lancé une pétition pour éviter le transfert du service à Boulogne, et préserver la ligne thérapeutique individualisée du docteur Delépine.  Pour signer la pétition, cliquez ici.

Autre article complet sur le sujet : http://madame.lefigaro.fr/societe/nicole-delepine-guerre-declaree-070714-891823

X:Enius “Erreurs de diagnostic – Fautes médicales : comment les éviter ?”


X:enius – Erreurs de Diagnostic – Fautes… par GayoA29

X:Enius, le Magazine de la Connaissance, est une “vulgarisation scientifique entre road-movie et chasse au trésor”. Cet épisode aborde un sujet délicat : l’erreur est humaine, et personne n’est à l’abri d’une erreur de diagnostic médical.

Le début du documentaire est assez anxiogène (une femme montre ses cicatrices et paralysie dues à une intervention chirurgicale mal menée, et son combat pour obtenir réparation au tribunal), n’hésitez pas à passer directement à la minute 17:10 si cela vous stresse.

On assiste ensuite à un cours de préparation d’entretien médical destiné aux futurs médecins.

On y décèle un point crucial : le patient lui-même peut aider le docteur à ne pas se fourvoyer. Comment?

  1. En préparant avant le rendez-vous une liste des symptômes, afin de ne rien oublier le jour J. Vous pouvez par exemple écrire sur votre smartphone les différents symptômes ou ressentis inhabituels au fur et à mesure, entre deux RDV.
  2. En n’omettant ou ne cachant aucun symptôme. Vous n’avez pas à vous sentir gêné de parler de certains symptômes, dites-vous que le docteur a déjà vu bien pire… Si certains peuvent vous paraître anodins, ils ne le sont pas forcément pour le docteur (et vice-versa). 
  3. En lui indiquant si vous vous sentez dépressif.
  4. En lui posant des questions sur un diagnostic ou un traitement que vous ne comprenez pas (ou sur lequel vous êtes dubitatif).
  5. En lui apportant la liste complète des médicaments et compléments alimentaires que vous prenez (de même lorsque vous vous rendez chez votre généraliste).
  6. En lui indiquant avec sincérité si vous avez oublié de prendre votre traitement, ou que vous ne l’avez pas suivi à la lettre.

Le documentaire présente ensuite le cas d’un patient ayant cherché à s’auto-médicamenter sur Internet, à ses risques et périls. 

Soyez toujours prudent avec les compléments alimentaires. Avant d’entreprendre une cure, demandez systématiquement à votre oncologue ou à votre généraliste s’il n’y a pas de contre-indications avec le traitement en cours.